skhizein de Jeremy Clapin

Jeremy Clapin est réalisateur de films d’animation, il est né le 13 février 1974 à Paris. En 2008, il réalise un court-métrage d’animation sur la schizophrénie.

Synopsis

Après avoir été frappé par une météorite de 150 tonnes, Henri se retrouve à 91 cm de lui-même.

La schizophrénie

le terme schizophrénie provient du grec: skhizein+phrên (esprit) skhisma=séparation, skhistos=fendu, skhizein=diviser, fendre.

« La schizophrénie fait partie des psychoses. C’est une maladie grave, qui peut avoir des répercussions dramatiques. Contrairement aux idées reçues et à l’étymologie (schizo – fendre et phren– esprit), elle n’est pas un dédoublement de la personnalité. Le schizophrene ne se prend pas pour un autre, mais il perçoit la réalité d’une manière très différente de ceux qui l’entourent. Cette psychose provoque une désorganisation du psychisme qui entraîne des hallucinations, des délires, et des modifications du langage et du comportement. Les malades ont fréquemment de graves difficultés de communication avec les autres. » eurekasanté.

La schizophrénie affecte le rapport à l’espace, au temps, et à la réalité du malade.

A propos de Skhizein

Il s’agit d’une histoire métaphorique de la schizophrénie. Le réalisateur n’illustre pas la maladie dans sa complexité, mais choisi par le biais métaphorique de représenter une partie de la réalité 91cm à côté de soi. L’espace, dans tous les sens du terme, se trouve bouleversé. « une météorite de 150 tonnes, ça laisse des traces ».

La météorite me fait penser à la météo, tous ces changements de temps à l’intérieur de soi que peut vivre un schizophrène dans un monde où tout se sépare, se fragmente, se dérobe. « on ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous ». Combien ? La folie se mesure t’elle par la distance entre soi et soi ? entre soi et les autres ? entre soi et le monde ?

Recent Posts