Solitude de Lamartine

« II monte, et l’horizon grandit à chaque instant;
Il monte, et devant lui l’immensité s’étend
Comme sous le regard d’une nouvelle aurore;
Un monde à chaque pas pour ses yeux semble éclore !
Jusqu’au sommet suprême où son œil enchanté
S’empare de l’espace, et plane en liberté. »